Une innovation utilisant le réseau cellulaire (GSM) pourrait embarquer des millions d'utilisateurs de bitcoin (BTC) jusqu'alors inaccessibles au protocole Bitcoin dépendant d'Internet. Conçu par le développeur sud-africain Kgothatso Ngako, le nouveau service basé sur les SMS s'appelle Machankura, un mot argotique sud-africain signifiant argent.

KG, comme l'appellent ses amis, a parlé à Cointelegraph depuis Pretoria, en Afrique du Sud, de sa fascination pour le bitcoin et de l'espoir que le bitcoin par SMS apporte le BTC à des millions d'Africains.

Machankura, le service de #Bitcoin pour les téléphones mobiles en Afrique, se développe lentement. https://t.co/TZngXXVhu0
    - Derek Ross ⚡5️⃣ (@derekmross) 8 août 2022.

Parlant anglais, la première fois que KG a découvert le bitcoin, il a écouté religieusement des livres audios et des podcasts en streaming sur le chemin du travail. Au fur et à mesure qu'il est tombé dans le terrier du bitcoin, son trajet de 20 minutes est devenu une errance de deux heures au Council for Scientific and Industrial Research (CSIR) en Afrique du Sud, où il travaillait comme développeur de logiciels.

Dans une autre interview, Master Guantai, fondateur de Bitcoin Mtaani, a déclaré à Cointelegraph : « Le nombre de téléphones portables en Afrique est le double du nombre d'habitants ». Cependant, la pénétration des smartphones connectés à Internet reste faible.

Au Kenya, pays d'origine de Guantai, il explique que recharger un téléphone avec du temps de communication est aussi courant que les paiements par carte de crédit en Occident. Un rapport de Caribou corrobore cette affirmation : 94 % des transactions financières en Afrique se font par le biais de l'USSD, le protocole utilisé pour envoyer des messages texte, alors que seulement 6 % de ces transactions sont effectuées via des applications mobiles.

En somme, s'il y a des millions de téléphones en Afrique, ils sont surtout utilisés pour envoyer des SMS. KG est tombé sur quelque chose qui pourrait être énorme pour l'adoption du bitcoin en Afrique.

« Cette année, beaucoup de conversations dans l'espace portaient sur l'USSD ou sur la possibilité de rendre le réseau Bitcoin accessible sur les téléphones de fonction - cela pourrait être un projet à temps partiel - laissez-moi simplement le mettre en place. Et c'est en gros comme ça que Machankura a vu le jour ! ».

KG a commencé par créer un projet de traduction en langue africaine, Exonumia. Il a expliqué à Cointelegraph que si nous rendons le bitcoin plus accessible aux Africains, ils apprendront à connaître l'argent et trouveront un moyen d'améliorer leur qualité de vie.

Une fois qu'Exonumia a pris son envol, il a demandé « quels sont les autres obstacles à l'acceptation du bitcoin ? La langue en est un, l'autre est l'accès à Internet ». Il résume l'internet en Afrique comme un espace dominé par les grandes applications telles qu'Instagram et Facebook. Les problèmes inhérents aux utilisateurs de smartphones sont d'avoir suffisamment d'espace sur les téléphones, la connectivité internet et le prix.

KG partage des captures d'écran de Machankura en pleine action.

KG a codé Manchakura pour résoudre ces problèmes, expliquant : « L'accent principal est mis sur la dépense et la réception de bitcoins ». KG explique comment cela fonctionne : Les utilisateurs composent un numéro et sont ensuite introduits dans un menu où ils peuvent en apprendre davantage sur les bitcoins ou enregistrer un compte. « Tout ce dont vous avez besoin pour enregistrer un compte est un code pin à 5 chiffres, et à partir de là, un autre menu vous est présenté : Envoyer et recevoir des bitcoins ».

Voici Paco, le voyageur du bitcoin qui n'arrête pas de faire découvrir le bitcoin aux gens du monde entier, faisant une démonstration de Machankura à un enseignant au Nigeria, à la demande de Cointelegraph.

J'ai utilisé @Machankura8333 pour partager quelques Sats avec un professeur de lycée à Lagos, au [email protected] a fréquenté cette école.#btc #hyperbitcoinization pic.twitter.com/ba5SPAGPLE- Paco de la ⚡ (@RunwithBitcoin) 8 août 2022

Par conséquent, les applications compatibles avec le portefeuille Lightning sur les téléphones ou les ordinateurs peuvent envoyer des bitcoins sur le réseau Lightning au numéro du téléphone - qui est effectivement devenu une adresse Lightning. Machankura s'est intégré à Bitrefill, un service de carte cadeau prépayée pour le bitcoin de plus en plus populaire en Afrique. De plus, à partir de mercredi, les Sud-Africains pourront recharger leurs portefeuilles Lighting avec du crédit provenant d'épiceries, grâce à un partenariat avec "One for you", un fournisseur de bons d'achat.

    Les utilisateurs de Machankura peuvent désormais échanger des bons @Azteco_ (et 1 pour vous) Bitcoin en utilisant l'interface USSD. pic.twitter.com/qkPRwGzkrL
    - Machankura 8333 (@Machankura8333) 10 août 2022

Comme le résume Ngako, « une personne littéralement sans accès à Internet peut passer de l'absence de bitcoin à l'obtention de bitcoin, puis à la dépense de bitcoin ».

À lire également : Le bitcoin est pour les milliards : Fedimint sur la mise à l'échelle de BTC dans le sud du monde

Master Guantai partage également qu'il fonctionne bien dans six pays africains déjà. De plus, le célèbre exchange Paxful a déjà manifesté son intérêt, explique Guantai, car la facilité avec laquelle les gens peuvent être embarqués en utilisant le GSM est sous-estimée.

KG signale des problèmes potentiels liés à cette innovation, comme l'interdiction ou la réaction négative du gouvernement à l'égard du bitcoin. Les frais de commission pour l'achat du bon pourraient rebuter les gens, et le fait que KG comprenne qu'en offrant une société centralisée pour initier les gens au bitcoin, il y a un risque qu'ils ne prennent pas le temps d'apprendre à connaître la technologie.

De plus, le produit est un service de garde, ce qui va à l'encontre de l'éthique du bitcoin « pas vos clés, pas vos cryptomonnaies ». Il cherche donc un moyen d'utiliser les cartes SIM comme clés privées.