Avec l’apparition récente du bear market sur les actifs numériques, plusieurs entreprises spécialisées dans les prêts en cryptomonnaies se sont retrouvées dans de graves difficultés financières.

Michael Stroev, Chief product officer et Chief Operating Officer de Nebeus, une plateforme qui permet d'obtenir des prêts en cryptomonnaies, nous rassure sur l'avenir de ce segment et les enjeux qui l’entourent. Pour lui, même si les difficultés sont réelles et que d’autres entreprises feront certainement faillite, les problèmes ne devraient pas précipiter la chute de ce secteur. Il devrait rebondir et fonctionner désormais avec des modèles plus adaptés aux réalités du marché.

Cointelegraph : Le secteur des cryptomonnaies se trouve actuellement dans un marché baissier. Certains experts parlent même d'un second bear market. Cela peut-il influencer le développement et l'adoption des cryptomonnaies et actifs numériques dans leur ensemble ?

Michael Stroev : Le bear market actuel et tout autre marché baissier à venir devrait ralentir l'adoption des cryptos, mais il aura un effet positif sur la croissance de l'industrie dans son ensemble.

L'adoption des cryptos est étroitement liée à la croissance de leur valeur et aux profits potentiels que les investisseurs peuvent réaliser. Dès qu'ils entrent en baisse, le volume de transactions réduit, l'intérêt commence à diminuer et l'adoption au sens large commence à ralentir. Toutefois, cela ne devrait pas impacter l'industrie de la cryptomonnaie sur le long terme.

CT : Les prêts en cryptos constituent-ils un produit viable compte tenu du marché baissier actuel, en particulier pour les nouveaux arrivants ?

Michael Stroev : Les prêts adossés à des cryptomonnaies ont de nombreux cas d'utilisation viables. Bien que le secteur connaisse actuellement une baisse des emprunts en raison du bear market ainsi que de la méfiance à l'égard des prêteurs de cryptomonnaies, il y a un avenir brillant.

Toutefois, le marché baissier actuel comporte un risque plus élevé d'obtenir un prêt en raison de la volatilité, mais une fois que le marché se stabilisera, les gens recommenceront à obtenir des prêts.

PLUS D'INFORMATIONS SUR NEBEUS ICI

CT : Que propose la société Nebeus aux nouveaux arrivants ?

Michael Stroev : Nebeus offre un pont entre le monde financier et celui des cryptomonnaies. Les nouveaux arrivants peuvent ouvrir des comptes IBAN personnels, comme un compte bancaire traditionnel, déposer de l'argent, le transférer instantanément sur leur compte crypto Nebeus, et commencer à investir en crypto avec un accès à tous les services de cryptomonnaies de Nebeus.

L'inverse s'applique aux personnes qui ne sont pas des nouveaux venus et qui ont des investissements en crypto. Ils peuvent utiliser la plateforme pour recevoir des cryptos depuis n'importe quel portefeuille numérique et accéder aux services de gain, de prêt, d'assurance et d'échange. Ils peuvent vendre leur crypto en cas de besoin et transférer leur argent sur leur compte IBAN Nebeus sans éviter le long processus de transfert lors de l'envoi de fonds à une banque traditionnelle.

CT : Compte tenu de la situation actuelle du bear market, quelle est la meilleure stratégie pour ceux qui ont déjà contracté des prêts en cryptos ?

Michael Stroev : D'un point de vue technique, tout dépend de la taille du prêt, de sa durée et du ratio prêt / valeur (LTV) qu'ils ont choisi. D'un point de vue plus financier, cela dépend de la façon dont ils utilisent le prêt et s'ils peuvent se permettre d'ajouter plus de garanties ou de rembourser le prêt.

Il faut surveiller le marché et prendre des décisions en fonction de ses besoins et de sa situation personnelle. Il y a toujours la possibilité d’ajouter plus de garantie si un appel de marge approche et qu'ils veulent poursuivre le prêt, de rembourser le prêt pour le clôturer et récupérer la garantie. Aussi il y a toujours l'option de ne rien faire, de laisser le prêt être liquidé, de garder les fonds empruntés et de récupérer l'excédent de garantie.

CT : Celsius, 3AC et récemment Voyager Digital, toutes ces grandes sociétés de prêt de cryptomonnaies ont fait faillite. Comment cela va-t-il affecter l'industrie du prêt et du crédit dans son ensemble ?

Michael Stroev : Il y a actuellement beaucoup de méfiance envers les prêteurs de cryptomonnaies, et personne ne sait qui sera le prochain prêteur de cryptomonnaies à faire faillite. Ceci étant dit, cela ne s'applique pas seulement aux prêteurs de cryptomonnaies mais à l'industrie dans son ensemble. L'alarme est généralisée sur l'ensemble du marché, avec même de grands échanges comme Coinbase qui voient 50% de leurs réserves de stablecoins retirées.

CT : Comment faites-vous face à tous ces défis quotidiens chez Nebeus ?

Michael Stroev : Nebeus a, bien sûr, été affecté par le sentiment du marché et les changements dans la demande de nos services. Mais nous n'avons pas constaté de retraits importants et nos utilisateurs se sont tous montrés très fidèles.

CT : La sécurité et la réglementation sont des éléments auxquels les utilisateurs attachent une grande importance lorsqu'ils choisissent un service ou un fournisseur. Comment les abordez-vous dans votre entreprise ?

Michael Stroev : Nebeus est réglementé par la Banque d'Espagne en tant que fournisseur de services d'actifs virtuels (VASP). En outre, Nebeus est l'une des deux seules sociétés autorisées par la Banque d'Espagne à être dépositaire de cryptomonnaies.

En ce qui concerne la sécurité, même si Nebeus est un dépositaire, nous travaillons avec le leader de la conservation institutionnelle d'actifs numériques, BitGo, pour stocker la plupart des actifs que les utilisateurs détiennent sur Nebeus, en les répartissant entre les portefeuilles dynamiques et le stockage à froid.

EN SAVOIR PLUS SUR NEBEUS

Clause de non-responsabilité. Cointelegraph ne cautionne aucun contenu ou produit de cette page. Bien que notre objectif soit de vous fournir toutes les informations importantes que nous avons pu obtenir, les lecteurs doivent effectuer leurs propres recherches avant d'entreprendre toute action liée à l'entreprise et assumer l'entière responsabilité de leurs décisions. Cet article ne peut pas non plus être considéré comme un conseil en investissement.