La fondation Iota, fournisseur à but non lucratif d'un écosystème de technologie à registres distribués, s'est associée au géant Dell Technologies pour développer une solution axée sur les données pour le suivi en temps réel de l'empreinte carbone.

L'équipe des solutions de pointe de Dell a annoncé l'intégration de IOTA, créée par ClimateCHECK. Il s'agit d'une entreprise technologique axée sur le changement climatique, et de BioE pour développer une solution qui s'ajoute aux initiatives internes de Dell, le Data Confidence Fabric (DCF) et le projet Alvarium.

Nous nous sommes associés à @Iota, BioE et @ClimateCHECK pour développer un suivi en temps réel de l'empreinte carbone par le biais d'un système de confidentialité des données ! Découvrez comment le #ProjetAlvarium suit avec précision les empreintes de carbone grâce aux solutions #DellTech Edge. https://t.co/[email protected] #IOTA #Durabilité pic.twitter.com/52RENnEW3X - Dell Edge & Telecom (@Dell_Edge) 6 juin 2022

IOTA a participé activement au projet Alvarium, que Dell a conceptualisé pour la première fois en 2019 afin d'utiliser les données vérifiées du DCF, ou trust fabric, à travers des systèmes hétérogènes. Mathew Yarger, responsable de la durabilité à la Fondation IOTA, a déclaré :

« La transparence et la confiance dans les données sont primordiales pour répondre aux problèmes mondiaux de changement climatique et de transition vers l'action climatique ».

Partageant les détails de l'initiative, Yarger a expliqué que les quatre entreprises ont développé un outil numérique intégré de mesure, de rapport et de vérification (MRV).

Conjointement avec le projet Alvarium, le MRV numérique peut recueillir des données provenant de capteurs et d'entrées manuelles et les traiter par l'intermédiaire de serveurs Dell PowerEdge pour finalement fournir des informations en temps quasi réel sur l'empreinte carbone de l'installation d'énergie durable et de compostage de BioE. Yarger ajoute :

« Nous sommes désormais en mesure de suivre et de vérifier les données relatives au changement climatique et à la manière dont nous essayons activement de le combattre à un niveau jamais atteint auparavant ».

Pendant ce temps, KenGen, une société d'énergie basée au Kenya, a récemment invité les mineurs de bitcoins (BTC) à mener leurs opérations en utilisant sa capacité d'énergie renouvelable.

Comme l'a rapporté Cointelegraph, KenGen génère 86 % de son énergie grâce à des sources géothermiques renouvelables. Des rapports locaux suggèrent que KenGen prévoit de louer des espaces de son installation d'Olkaria, située sur un site volcanique.

Le directeur par intérim du développement géothermique de KenGen, Peketsa Mwangi, a confirmé l'intention de l'entreprise d'accueillir des mineurs de bitcoins au Kenya :

    « Nous les accueillerons ici car nous avons l'espace nécessaire et l'électricité est proche, ce qui contribue à la stabilité ».